Actualité du mois



Homepage app widget

Bien être

Activité physique au travail : Un levier d’attractivité pour vos collaborateurs !

Temps de lecture estimé : 5 minute(s)

Le bien-être de vos salariés est un critère essentiel pour les fidéliser. Si une bonne ambiance de travail est indispensable pour évoluer dans un contexte sain et serein, introduire la pratique d’une activité physique sur le lieu de travail est un concept qui se développe de plus en plus et qui séduit le plus grand nombre. C’est également un moyen de lutter contre la sédentarité ! 6 conseils pour faire bouger vos collaborateurs !

Pourquoi introduire l’activité physique en entreprise ?

Les bénéfices pour la santé de la pratique régulière d’une activité physique sont avérés, quels que soient l’âge et le sexe. Pourtant, moins de la moitié des Français âgés de 15 à 75 ans atteignent un niveau d’activité physique favorable à la santé selon les données du ministère du travail, de la santé et des solidarités.

Pour limiter au maximum la sédentarité des travailleurs, il est alors important de promouvoir l’activité physique afin de leur permettre d’en pratiquer une sur leur lieu de travail. Un espace adéquat qui permet notamment aux personnes effectuant des tâches professionnelles ne nécessitant pas de déplacement ou d’efforts physiques pendant de longues heures, de se dépenser !

Par ailleurs, si le sport est un outil de prévention santé à ne pas négliger, c’est aussi un levier de performance ! Il permet d’évacuer le stress, de limiter les tensions et de se dépasser. Il améliore le bien-être de façon globale ! Trente minutes par jour sont recommandées pour se maintenir en bonne santé selon l’OMS.

6 conseils pour promouvoir l’activité physique dans votre entreprise :

2-1000x667 (21) 

  1. Mobilisez vos salariés pour les faire adhérer au projet. Effectuez un sondage interne afin de savoir quelles sont les activités qu’ils apprécient ? À quel moment de la journée cette pratique serait la plus appropriée comme par exemple tôt le matin, au moment de la pause déjeuner ou bien en fin d’après-midi ? À quelle fréquence ? Préfèrent-ils faire du sport seuls ou entre collègues ? Etc.
  2. Mettez en place un espace dédié à l’activité physique dans vos locaux si l’espace dont vous disposez le permet. Investissez dans du matériel sportif (tapis, haltères, vélos, tapis de marche). Certains n’ont pas toujours le temps d’inclure le sport dans leur emploi du temps personnel. Offrir à vos salariés la possibilité de pratiquer une activité physique sur leur lieu de travail est une formidable alternative !
  3. Faites appel à des coachs sportifs. Pilates, yoga, gymnastique douce… pour ceux qui aiment évoluer en groupe, ces séances peuvent faciliter la cohésion et le partage entre collègues.
  4. Inscrivez-vous à des évènements sportifs avec vos collaborateurs. La Parisienne, le Semi-marathon de Paris et bien d’autres événements en régions ont lieu tout au long de l’année !
  5. Proposez une participation financière à vos collaborateurs pour s’inscrire dans une salle de sport avec qui vous aurez négocié un tarif de groupe. Cette alternative est idéale pour laisser de la latitude à vos salariés s’ils préfèrent faire du sport en dehors des locaux ou si votre espace ne permet pas de créer une salle de sport dédiée.
  6. Faites évoluer leurs comportements quotidiens. En complément de vos démarches, sensibilisez-les à des petits gestes qui contribuent également à être plus actifs comme par exemple : utiliser les mobilités douces (marche, vélo, skate…), prendre les escaliers plutôt que l’ascenseur, changer régulièrement de posture au cours de la journée en utilisant des bureaux surélevés par exemple ou des ballons ergonomiques.

Comment votre expert-comptable peut vous assister dans votre démarche de sport en entreprise ?

3-1000x667 (35) 

Il est le partenaire idéal pour vous guider dans la construction de votre projet de développement APS (Activités Physiques Sportives) en évaluant au fil des étapes sa faisabilité, tout en veillant à la réglementation à laquelle leur mise en place est soumise :

  1. Vous avertir du cadre normatif à respecter sous peine de mise en responsabilité (sécurité, défaut d’affichage…) et/ou délit d’entrave au rôle du CSE (Comité Social Économique) qui doit être associé à la mise en place des activités physiques et sportives, dans les entreprises de moins de 50 salariés ; tandis que dans les entreprises d’au moins 50 salariés, le CSE est seul compétent. Pour les entreprises dépourvues de CSE, quelle que soit leur taille, l’organisation des APS relève de la seule compétence de l’employeur.
  2. Vérifier avec vous que la rentabilité de votre entreprise peut supporter l’organisation choisie des APS et vous conseiller dans vos prises de décision. A noter que les Conseils d'Administration doivent dorénavant dans la détermination de leur stratégie, considérer également les enjeux sportifs de l’activité (Loi N°2022-296 du 2/03/22 visant à démocratiser le sport en France).
  • Chiffrer votre budget d’investissement (construction salle de sport,douches et vestiaires) et évaluer les dépenses d’équipements (appareils de musculation, cardio-vasculaire…) et matériels (tapis, ballons, …), afin de vous permettre de choisir entre plusieurs options : construire, aménager une salle dédiée au sport ou la louer à l’extérieur ?
  • Veiller, pour toutes les dépenses des cours collectifs payés par l’entreprise, à ne pas dépasser la limite annuelle d’exonération des charges sociales, fixée à 5 % de la valeur mensuelle du plafond de la Sécurité sociale (193,20 € au 01/01/24) multipliée par le nombre de salariés de l’entreprise. Sinon le dépassement devra être déclaré et soumis à cotisations sociales, CSG et RDS, en fin de l’année. (Ex: pour 15 salariés : 15*193,20 = 2 898 € / an seront exonérés)
  • Vous conseiller, pour des cours plus individualisés ou pour découvrir un sport, à opter en d’autres solutions exonérées, pouvant être distribuées par le CSE ou l’employeur : coupons sport ou chèques cadeaux sport annuels à l’occasion de Noël, Fête des Mères, Fête des Pères, Sainte Catherine et Saint Nicolas pour les jeunes non mariés. Ils devront être délivrés sans discrimination, à hauteur de 193,20 €/an/évenement/salarié. Le surplus alloué, considéré comme une rémunération supplémentaire,  sera soumis aux cotisations sociales, CSG et RDS.
  • Concernant l’organisation d’évènements et challenges sportifs : surveiller que les frais sont occasionnés dans l’intérêt de l’entreprise et ne relèvent pas des dépenses somptuaires [résidence de plaisance luxueuses (spa, chalet à la neige), yacht]. Sinon, elles devront être réintégrées fiscalement et soumises aux cotisations sociales, CSG, RDS.
  • Vous aider à calculer les bénéfices de la mise en place de la pratique sportive au sein de votre structure, grâce à l’outil ROI (Retour sur investissement), élaboré par le MEDEF (Syndicat Patronal) disponible dans la boîte à outils - Sport en entreprise du Ministère du sport et des Jeux Olympiques et paralympiques, dans laquelle vous trouverez également un guide juridique.

 

À l’approche du lancement des Jeux Olympiques, profitez-en pour communiquer sur les bienfaits de l’activité physique ! Réduction du stress, amélioration du sommeil, protection contre certains cancers, prévention des maladies cardio-vasculaires… véhiculez des messages clés en faveur du « sport-santé ».

Et si en complément du sport pour favoriser le bien-être de vos salariés vous ouvriez les portes de votre entreprise à leurs animaux de compagnie ? Quels sont les avantages ? Quelles sont les règles à respecter ? Vous sentez-vous prêts à vous lancer ? Nous vous en parlerons dans notre prochain article !

Ce sujet vous intéresse et vous souhaitez en avoir plus, prenez un rendez vous avec votre Expert-comptable

Les autres dossiers